Français Langue Etrangère – Alphabétisation – Illettrisme:

Des problématiques et des profils différents

Définitions officielles en France pour l’utilisation de chacun de ces 3 termes

  • Définition officielle pour l’utilisation de ce terme en France:

    « Pour les nouveaux arrivants dans un pays dont ils ne parlent pas la langue, il s’agit de son apprentissage. En France, on parle du  « Français langue étrangère » »

    Source : site de l’ANLCI (Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme) : http://www.anlci.gouv.fr/?id=illettrisme

    Toutes les personnes relevant de l’apprentissage du FLE (Français Langue Etrangère) ont besoin d’apprendre la langue française orale et écrite, comme un francophone immigré aux Etats-Unis aurait besoin d’apprendre l’anglais langue étrangère, à l’oral et à l’écrit.

    Attention cependant : parmi ces personnes relevant du Français Langue Etrangère, certaines relèvent aussi de l’alphabétisation (elles n’ont pas été scolarisées dans leur langue d’origine), tandis que d’autres savent parfaitement lire et écrire dans leur langue.

  • Définition officielle pour l’utilisation de ce terme en France:

    « Pour les personnes qui n’ont jamais été scolarisées, on parle d’analphabétisme. Il s’agit pour elles d’entrer dans un 1er apprentissage. »

    Source : site de l’ANLCI (Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme) http://www.anlci.gouv.fr/?id=illettrisme

    Les personnes en situation d’illettrisme peuvent souffrir (ou pas !) de leurs échecs passés dans les apprentissages scolaires, et camoufler leurs difficultés au quotidien par des stratégies de contournement (des actions, des comportements). Souvent, elles n’en parlent pas facilement. 

    La plupart des personnes non alphabétisées, qui n’ont pas un vécu d’échec, ne ressentent généralement pas de honte face à la lecture/écriture : elles en parlent et demandent de l’aide facilement.

  • Définition officielle pour l’utilisation de ce terme en France:

    « Pour les personnes qui ont été scolarisées en France et qui n’ont pas acquis une maîtrise suffisante de la lecture, de l’écriture, du calcul, des compétences de base, pour être autonomes dans les situations simples de la vie courante, on parle d’illettrisme.
 Il s’agit pour elles de réapprendre, de renouer avec la culture de l’écrit et avec les formations de base. »

    Source : site de l’ANLCI (Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme) http://www.anlci.gouv.fr/?id=illettrisme

    En situation d’illettrisme = être en grande difficulté avec les compétences de base

    Les compétences de base sont : les compétences langagières (communication orale, communication écrite), les compétences mathématiques (compréhension et utilisation des nombres et opérations) et les compétences cognitives (raisonnement logique, résolution de problèmes ; repérage dans le temps, dans l’espace ; capacité à apprendre).

    L’illettrisme recouvre un rapport aux savoirs à et l’apprentissage, bien plus qu’une non maîtrise de certains savoirs. Cela ne se réduit pas à : « ne savoir ni lire ni écrire » ! Les personnes concernées ont développé d’autres compétences leur permettant de fonctionner dans la vie quotidienne.

    L’illettrisme correspond aux degrés 1 et 2 de maîtrise des compétences de base sur les 4 degrés identifiés par le Cadre National de Référence élaboré par l’ANLCI. 

    Ces compétences permettent au minimum de se repérer dans l’univers de signes (degré 1), voire d’utiliser des supports écrits pour recevoir et communiquer des informations, résoudre des problèmes de la vie quotidienne (degré 2), dans des situations connues et assez prévisibles.

    Les personnes maîtrisant les compétences de base aux degrés 3 et 4 ne pas sont considérés comme étant en situation d’illettrisme mais en difficulté avec les compétences de base. Elles relèvent d’une remise à niveau.

    Repérer des adultes en situation d’illettrisme : à partir de quels indices?

    indices

Pour approfondir dans le domaine FLE-Alpha, au-delà des définitions:

  • Des profils intermédiaires: FLS & post-alphabétisation

    On rencontre souvent des adultes étrangers mais francophones:

    • soit originaires de pays où la langue française est couramment utilisée (langue officielle et/ou langue des échanges commerciaux, touristiques, etc …),
    • soit non francophones au départ, mais installés en France depuis longtemps. Confrontées au quotidien à l’utilisation de la langue française (acquisition d’une langue étrangère en situation d’immersion), elles ont développé des compétences orales importantes.

    Ce profil correspond au Français Langue Seconde (FLS).

    Parmi ces personnes, certaines ont été scolarisées quelques années en langue française (par exemple : 3 ans de scolarisation au Maroc, 5 ans de scolarisation au Congo, ….). D’autres n’ont jamais été scolarisées, mais ont acquis des savoir-faire en lecture – écriture, et dans d’autres compétences de base, par leurs propres moyens, et parfois dans le cadre de cours d’alphabétisation ou d’ASL (Actions Sociolinguistiques) au sein d’associations.

    Ces personnes relèvent également de la post-alphabétisation (FLS-post-Alpha).

    Fréquemment, ces personnes ont intériorisé un regard dévalorisant sur leurs compétences. Elles partagent alors avec les personnes en situation d’illettrisme un certain malaise vis-à-vis des situations impliquant l’utilisation des compétences de base (compétences langagières orales et écrites, compétences mathématiques, compétences cognitives du type repérage dans l’espace et dans le temps).

    Ces personnes peuvent être assez demandeuses de formation, mais avoir honte de leur faible niveau de compétences et d’autonomie à l’écrit.


  • Acquérir/apprendre une langue en situation d'immersion à l'âge adulte


  • Grands débutants à l'oral en langue étrangère


  • Quel modèle théorique pour apprendre à parler une langue étrangère?


  • La place de la compétence orale dans l'entrée dans l'écrit

  •  

Utiliser les descripteurs de compétences et les niveaux du CECR pour évaluer des acquis, des besoins, et construire des progression à l’oral et à l’écrit en FLE-Alpha- Voir les grilles

Les référentiels A1.1 à B1 pour le français : des inventaires pour l’oral – Voir les grilles

Réaliser un pré-positionnement  à partir des 4 degrés de maîtrise des compétences de base définis par l’ANLCI pour des publics en situation d’illettrisme – Voir les grilles

Formations pour les formateurs (professionnels & bénévoles) en Fle-Alpha


Formations à destination des formateurs intervenant dans la lutte contre l'illettrisme