Approche

Mon approche est avant tout pragmatique, orientée vers les besoins concrets des formateurs, des entreprises, et des institutionnels concernés par les problématiques relatives à la maîtrise du français oral et écrit à visée d’insertion sociale et professionnelle.

Dans une optique d’efficacité et en vue d’un résultat durable, je privilégie la co-construction des objectifs et des modalités d’intervention avec les acteurs, tenant compte des besoins et des contraintes des différents niveaux de responsabilité et de mise en œuvre impliqués.


Principes d’intervention

L’ensemble des prestations proposées visent: 

  • Un échange fondé sur l’expérience et les savoir-faire des participants, ainsi qu’une prise de distance par rapport à cette expérience
  • Un travail de mise à distance des stéréotypes et des représentations sociales encore fortes dans un champ en cours de professionnalisation
  • Un effort d’objectivation des enjeux relatifs aux questions de non maîtrise de la langue et de l’écrit par les adultes grâce à des apports théoriques et méthodologiques adéquats
  • Une progression vers une verbalisation de plus en plus précise d’une posture professionnelle pertinente (attitudes et d’actions favorables)
  • Une connaissance des différentes méthodes et techniques disponibles dans le champ et de leur utilisation appropriée
  • L’accompagnement des participants à la production de leurs propres outils d’intervention opérationnels à expérimenter à l’issue ou en cours de session

 

J’utilise en priorité des techniques d’animation issues de la pédagogie active, permettant de confronter en permanence les réalités vécues par les praticiens et les concepts mis en jeu.

Dans une démarche réflexive, ma pratique professionnelle alimente et s’appuie sur des travaux de recherche appliquée à la croisée de différents champs universitaires.


Concepts clés

Pour en savoir plus sur les concepts clés, cliquez sur les intitulés ci-dessous

  • L’andragogie ou l’art d’enseigner à des adultes

    Le modèle andragogique (cf Knowles, Mucchielli) suggère de concevoir la formation en  tenant compte des besoins spécifiques d’apprenants adultes:

    • Besoin de savoir pourquoi ils doivent apprendre (sens)
    • Besoin d’être traités comme des individus responsables de leurs décisions et capables de s’organiser dans leurs apprentissages 
    • Besoin qu’on tienne compte de leur expérience propre, sans quoi ils sont susceptibles de résister aux changements qu’on leur propose
    • Besoin de contextualiser les apprentissages, en lien avec les situations complexes de la vie réelle
    • Principal facteur de motivation interne : désir d’accroître leur satisfaction professionnelle, leur qualité de vie, leur estime de soi


  • L’approche actionnelle en didactique des langues

    La perspective actionnelle se développe depuis 2001 dans le champ de la didactique des langues étrangères sous l’impulsion du CECR  (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues). Il s’agit de dépasser l’approche communicative en considérant la compétence de communication en langue étrangère comme une compétence parmi d’autres chez l’individu.

    L’enseignement et l’apprentissage d’une langue s’appuie d’abord sur l’analyse des pratiques langagières des utilisateurs sociaux de cette langue, et vise avant tout son utilisation concrète en contexte (notion de tâches langagières).


  • La notion de compétences langagières professionnelles transversales

    Dans la perspective didactique du Français Langue Professionnelle (FLP), la compétence de communication en français est considérée comme une compétence professionnelle à part entière (perspective renforcée par la réforme de la loi française sur la formation professionnelle continue du 4 mai 2004).

    Les formations FLP ciblent l’acquisition ou le développement des compétences langagières professionnelles. Elles s’appuient à la fois sur les outils théoriques et méthodologiques de la perspective actionnelle (didactique des langues), et sur l’analyse de l’activité professionnelle et de l’ingénierie de formation pour l’entreprise.

    L’approche par compétences professionnelles transversales (par opposition aux compétences techniques spécifiques à un métier) permet d’identifier des compétences langagières communes à différentes professions ou secteurs d’activités. Par exemple:

    • les compétences relationnelles et de communication professionnelles (auprès de collègues, de supérieurs hiérarchiques, de clients)
    • les savoir-faire relatifs à l’organisation du travail au sein d’une équipe
    • la capacité à percevoir et respecter les codes de comportement au sein d’une profession ou d’un secteur, …

     

    Concevoir une carte de compétences (comme celle publiée par le CLP en 2008) facilite le repérage des compétences plus typiquement langagières parmi les compétences professionnelles transversales.Ce type approche fonctionne également pour l’ensemble des compétences clés socio-professionnelles (compétences langagières, mathématiques, numériques, apprendre à apprendre, esprit d’entreprise, …).


  • Les notions de compétences en littératie et de rapport à l’écrit


    Les adultes construisent leurs compétences en littératie au gré de leur expériences quotidiennes (personnelles, professionnelles). Il s’agit de leurs:

    • connaissances relative aux mécanismes de fonctionnement de la langue écrite
    • représentations sociales vis-à-vis de la signification et de l’importance de tel ou tel genre de d’écrit
    • rapport à l’écrit (psycho-affectif)qu’entretient chaque individu avec le fait de lire ou d’écrire


    Les adultes peu ou pas alphabétisés
    (non scolarisés)

    Leur besoin prioritaire est d’entrer dans l’univers de l’écrit. Ils sont généralement très demandeurs d’apprendre, parfois même de manière très (trop?) scolaire.

    Enjeu en formation : leur proposer des modalités d’enseignement et d’apprentissage actives et contextualisées:

    • utilisation de supports authentiques
    • pédagogie de projet
    • simulation globale

    Les adultes dits « en situation d’illettrisme » scolarisés en langue française et peu à l’aise avec les compétences de bases

    Leur besoin prioritaire est de remédier aux difficultés qu’elles ressentent avec la lecture-écriture, l’orientation dans l’espace et le temps, l’utilisation des opérations mathématiques, des outils numériques, et d’améliorer leur rapport affectif au lire-écrire. 

    Enjeu en formation:

    • dédramatiser leur situation
    • tenir compte de leur rapport à l’écrit
    • aborder leurs besoins en termes de compétences acquises et à acquérir  pour éviter de renforcer une vision stigmatisante souvent associée à la notion d’il-lettrisme